Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 décembre 2012 6 08 /12 /décembre /2012 21:20
 

Chargé de rassembler les objets recueillis à Paris, dans les trois départements périphériques (92, 93 et 94) et les aéroports parisiens (Orly, Roissy et Le Bourget), le service des objets trouvés de la préfecture de police fait preuve d'une expérience unique de plus de 200 ans.

Historique du service des objets trouvés

salle des objets trouvés

Dans l'ancien droit, les objets égarés appartenaient au roi ou au seigneur haut justicier. Quiconque trouvait une épave, chose manifestement sans maître, sur le domaine public, devait en faire la déclaration et en effectuer le dépôt auprès de son seigneur.

Existait conjointement le droit d'épave consistant à s'approprier partie de la cargaison d'un navire naufragé qu'un propriétaire ne pouvait retenir.

Informé, le suzerain faisait alors publier la déclaration de la trouvaille trois dimanches de suite afin que le légitime propriétaire puisse récupérer son bien.

En 1695, un édit stipule que cette publicité se fera par huissier à la porte des églises.

Pour les épaves terrestres, le premier document connu date de 1699 : "Tous les objets laissés dans les bureaux des messageries, coches et voitures publics dont le propriétaire est inconnu appartient aux Domaines (royaux) au bout de deux ans".

Auparavant, dès le 12 février 1367, Charles, Duc de Normandie et Dauphin du Viennois, avait édicté que les hôteliers et aubergistes étaient dépositaires des objets perdus chez eux par leur clientèle et qu'ils étaient tenus de les restituer à leurs propriétaires si ceux-ci se manifestaient.

Remarquons ici comment le seigneur possesseur de fiefs pouvait être facilement rendu maître des biens trouvés chez lui et à l'inverse combien, quand il voyageait et séjournait chez un manant, il était difficile de le déposséder de ses effets.

En tout état de cause, à une époque où la manufacture n'avait pas atteint les niveaux de production de masse et où les vêtements, les mêmes portés en permanence par la grande majorité des gens, constituaient la presque totalité de leurs biens meubles, on peut comprendre que l'on perdait peu puisque l'on possédait peu.

L'amélioration des techniques, à l'origine de la naissance de l'industrie, allait permettre la fabrication et la distribution d'objets de plus en plus nombreux susceptibles d'être perdus.

Ce sera sans surprise à Paris, une ville déjà importante, que le préfet de police demandera, en 1804, aux commissaires de police de faire porter dans ses locaux les objets trouvés déposés dans leurs bureaux.

On peut deviner qu'outre le fait d'une certaine centralisation jacobine que Napoléon ne fera qu'accentuer, il a paru souhaitable de mettre le holà aux pratiques de répartition des objets trouvés effectués in situ dans les commissariats. Autres temps, autres moeurs.

La Révolution Française n'avait pas manqué entre temps de supprimer le droit seigneurial sur les épaves (décision du 13 avril 1791) après avoir prononcé le 1er décembre 1790 que tout bien sans maître appartenait à la nation.

Ce n'est pourtant que vers 1850 que le service des objets trouvés sera vraiment connu du grand public. Il est à cette époque installé rue du Harlay et jouxte le Palais de Justice. Moins de 10 000 objets y sont déposés chaque année. Dans Paris, dont la population a considérablement augmenté depuis la fin du XIXe siècle, l'activité de la foule est grouillante et il n'est pas surprenant que les gens nombreux à se croiser et à se déplacer soient mis en situation de perdre les objets, de plus en plus nombreux, que l'industrie met à leur disposition.

Pourtant, ce monde en devenir demeure fort empreint de ruralité ; il y a des fermes dans Paris et aux faubourgs se pratiquent les cultures vivrières. Aussi, sauf à résider dans des quartiers mal famés, détenir un objet que vous n'avez pas acheté vous fait suspecter de l'avoir volé ; les gens sont extrêmement observateurs et la vie privée n'a pas le caractère sacré qu'on lui accorde aujourd'hui. On dépose alors aux commissariats et au bureau des objets trouvés les choses qui se perdent : gants, vêtements, cabas, livres.

Cependant, l'on récupère très peu et l'extrême suspicion des employés du service n'y est pas étrangère. Il faut fournir une description irréprochable de l'objet pour qu'il vous soit restitué et cela ajouté avec la conviction des gens que leurs effets n'ont pas été rapportés aux objets trouvés explique la faible fréquentation du lieu qui de plus est installé à cette époque dans des locaux exigus, infects et malcommodes.

Le 13 octobre 1893, le préfet Louis Lépine décide de créer un service spécifique des objets trouvés quelle que soit la provenance ou le lieu de dépôt, pour centraliser les objets, les opérations de restitution aux perdants ou aux inventeurs et remettre les objets non réclamés à l'administration des Domaines.

En 1939, le service des objets trouvés est installé au 36, rue des Morillons à Paris, dans le 15e arrondissement.

Des textes sont venus parfaire cette organisation de manière à en définir strictement le champ d'application : nature des objets, durée de garde, conditions de restitution.

Les objets arrivent par sacs entiers au 36, rue des Morillons avant d'être inventoriés et archivés dans l'attente d'une éventuelle restitution à leurs propriétaires.

A l'aube d'un nouveau siècle, le service des objets trouvés reçoit environ 140 000 objets par an. Il privilégie plus que jamais la restitution des objets à leur conservation.

Ce souci d'amélioration du service rendu aux usagers l'amène aujourd'hui à une profonde mutation s'appuyant sur des moyens modernes de communication et de recherche.

 

http://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/La-prefecture-de-police/Objets-trouves

Partager cet article

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Police Nationale Gendarmerie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou tristesse perpétuelle
  • Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou  tristesse perpétuelle
  • : Ma vie, de ma naissance à ce jour, qui n'avait pas si mal débutée, puis arrêtée totalement moralement suite à une bavure de la Police des Polices, Pas de vie, ni femme ni enfant.
  • Contact

Profil

  • Neo_igs_police
  • Ce jour arrivant à  la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....
  • Ce jour arrivant à la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....

SOMMAIRE ARTICLES

English
español

 



ACCUEIL
ARTICLES
PAGES
BIOGRAPHIE
Ma vie détruite par la Police des Polices
Photos de La
Police Nationale
Les Engins de
La Brigade des
Sapeurs Pompiers de Paris
VIDEOS
FORUM POLICE
La carte mondiale des visiteurs


      603464 10151023880149556 1213656542 n

clickez sur cette image pour accéder au forum  


 

 

 m-copie-1.gif      

 

 

ALLEZ VERS LE HAUT

Double click sur la page


Rechercher

Compteur

Cela fait minutes et secondes que vous êtes sur ce Blog


counter

Compteur Global

Site Faire Un Blog

Archives

Texte Libre