Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 22:20

default 

Message  Aujourd'hui à 17:21

dimanche 30 décembre 2012





Entre 150 et 200 personnes, réparties en groupes de 20 à 40 personnes, cherchent actuellement Bruno, l'adolescent trisomique disparu depuis le 18 décembre (photo ELISE PINSSON)

Treize jours après la disparition de l'adolescent trisomique de Ribécourt, près de Compiègne, des volontaires se sont donné rendez-vous pour une battue ce dimanche matin.

Mise à jour à 10h45: Munis de cartes distribuées par les gendarmes, les groupes arpentent les bois et chemins de halage environnant la commune de Pimprez et des secteurs plus éloignés.
Mise à jour à 9h30 : Plus de 200 personnes participent actuellement à la battue pour retrouver Bruno.
Une quarantaine de gendarmes, dont deux cavaliers à cheval, encadrent les recherches. Les bénévoles sont répartis sur cinq secteurs : Pimprez, Cambronne-les-Ribécourt, Machemont, Ribécourt et Dreslincourt.





Les gendarmes encadrent rigoureusement la battue (photo ELISE PINSSON)
Les gendarmes ont déterminé deux objectifs : retrouver Bruno et que chaque bénévole rentre chez lui ce dimanche soir. Pour cela, les groupes sont très encadrés : chef de groupe a été nommé, les coordonnées ont été enregistrées et un comptage minutieux établi.
Les bénévoles viennent de l'Oise et des environs. Certains sont venus à vélo, en quad ou avec leurs chiens.

Initiative lancée sur Facebook

«J'ai besoin de savoir qui vient. Serez-vous présent dimanche à Pimprez ? » D'un groupe Facebook à l'autre, les commentaires fusaient hier sur le réseau social.
Les internautes affichaient leur détermination pour prendre part ce matin à la battue organisée pour aider les autorités à retrouver Bruno, cet adolescent trisomique disparu mardi 18 décembre du lycée horticole de Ribécourt où il participait à un atelier floral.



Hier soir, le groupe «Retrouvons Bruno » lancé mercredi par Aymeric Eischen, un ambulancier de 36 ans de Larbroye, comptait 749 membres, quand un autre, «Solidarité Bruno Dovergne dit Kody », créé ce même mercredi par Alexie Neron, une mère de 26 ans de Mareuil-la-Motte, affichait 1250 membres.
Tous ne seront pas là ce matin et certains sont membres des deux groupes, mais il était, hier, difficile d'imaginer l'ampleur de la mobilisation. «Il y a des gens qui vont venir de loin, de l'Aisne et de la Somme », témoignait Sandrine Druon, la mère d'Alexie Neron.
Un travail complémentaire entre riverains et gendarmes Aymeric Eischen se réjouissait aussi de cette

«mobilisation solidaire » dans le canton de Ribécourt et se félicitait «du travail de complémentarité entre les riverains et les gendarmes. Des gens ont des idées sur des lieux où on pourrait aller. Il y a une personne qui connaît Ribécourt, qui sait qu'il y a une ferme désaffectée. On pensait aux carrières des Cinq piliers vers Dreslincourt... »

À la compagnie de gendarmerie de Compiègne hier soir, le Commandant Mickaël Fumery terminait de préparer l'encadrement de la battue. «On aura au moins trente gendarmes sur place. En fonction du nombre de personnes, on fera des groupes avec un référent qui aura une carte d'un secteur. Les salles des fêtes des communes alentours pourront être ouvertes si besoin. »
Ainsi, le maire du Plessis-Brion, Jean-Pierre Damien, se tient prêt à ouvrir la salle des associations et à participer à la battue «en tant que citoyen ».
Parallèlement, les recherches menées par la gendarmerie se poursuivent. Après une vérification au domicile d'un habitant de Thourotte mercredi, des patrouilles sont toujours sur le terrain. «On vérifie toutes les informations qu'on nous donne, on continue d'avoir un appel par heure. Jusqu'ici, tous les renseignements qu'on nous a donnés ont été contrôlés et se sont avérés négatifs. » Le commandant recommandait à chacun d'apporter un gilet jaune ce matin à Pimprez et envisageait à nouveau de sonder les cours d'eau dès le début de semaine.

ÉLISE PINSSON


 

Partager cet article

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou tristesse perpétuelle
  • Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou  tristesse perpétuelle
  • : Ma vie, de ma naissance à ce jour, qui n'avait pas si mal débutée, puis arrêtée totalement moralement suite à une bavure de la Police des Polices, Pas de vie, ni femme ni enfant.
  • Contact

Profil

  • Neo_igs_police
  • Ce jour arrivant à  la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....
  • Ce jour arrivant à la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....

SOMMAIRE ARTICLES

English
español

 



ACCUEIL
ARTICLES
PAGES
BIOGRAPHIE
Ma vie détruite par la Police des Polices
Photos de La
Police Nationale
Les Engins de
La Brigade des
Sapeurs Pompiers de Paris
VIDEOS
FORUM POLICE
La carte mondiale des visiteurs


      603464 10151023880149556 1213656542 n

clickez sur cette image pour accéder au forum  


 

 

 m-copie-1.gif      

 

 

ALLEZ VERS LE HAUT

Double click sur la page


Rechercher

Compteur

Cela fait minutes et secondes que vous êtes sur ce Blog


counter

Compteur Global

Site Faire Un Blog

Archives

Texte Libre