Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 07:10

 

 

 

17 personnes qui occupaient les deux chalets, tous touristes en vacances dans la station, ont été relogés par leur tour operator.

 

 

 

Il était environ 11 heures, ce mardi, lorsqu’un incendie s’est déclaré au lieu-dit coudray. Un chalet a été entièrement détruit et un autre fortement endommagé. 17 personnes qui les occupaient, tous touristes en vacances dans la station, ont été relogés par leur tour operator.

Aux environs de 16 h 30, alorsque les pompiers étaient en train de sécuriser les lieux, une dalle s’est effondrée et a blessé deux soldats du feu. Ils ont été transportés à l’hôpital le plus proche.

 

le 08/01/2013 à 18:48 Mis à jour il y a environ 1 heure

http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2013/01/08/deux-pompiers-blesses-dans-un-incendie-a-samoens

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 20:05

 

Trois personnes, un couple des Vosges et un père de famille domicilié dans les Charentes, ont été mises en examen et placées en détention provisoire, suspectées d’avoir violé leurs enfants mineurs et filmé leurs ébats.

Trois personnes, un couple des Vosges et un père de famille domicilié dans les Charentes, ont été mises en examen et placées en détention provisoire, suspectées d’avoir violé leurs enfants mineurs et filmé leurs ébats. Le couple vosgien a été interpellé à la mi-décembre, après qu’une cellule de veille de la gendarmerie eut repéré des allusions à des pratiques pédophiles sur des sites de rencontres échangistes, a expliqué  une source judiciaire. En garde à vue, la femme avait indiqué aux enquêteurs que son mari avait violé leur fils âgé de 11 ans, déficient mental, ainsi qu’une fillette, livrée par son père, un Charentais rencontré sur internet. Ce dernier, interpellé, a expliqué aux gendarmes que le Vosgien l’avait convaincu de violer sa propre fille en filmant la scène, puis de se rendre dans les Vosges pour livrer la fillette. Père de trois enfants, il est présenté comme «inséré et sans histoires» par une source proche du dossier. «Il reconnaît les faits. Il a pleinement conscience de la gravité de ses actes et il en est horrifié. Il a la volonté de travailler sur lui pour comprendre et fournir des explications», a déclaré son avocat, Me Rémi Stéphan.

Selon les enquêteurs, les faits se seraient déroulés au moins à deux reprises au cours de l’année 2012. «Au travers des perquisitions et de leurs déclarations, ils ont été convaincus de viols sur leurs enfants avec d’autres adultes. L’objectif des enquêteurs, c’est désormais d’arriver à déterminer l’ampleur de ces ébats sexuels», a expliqué le procureur de la République à Epinal, Etienne Manteaux. Les perquisitions ont par ailleurs permis de retrouver des images et vidéos pédopornographiques au domicile du couple vosgien.

Le couple vosgien, «issu de la classe moyenne», selon l’avocate, a un second enfant, âgé de 6 ans. Les trois suspects ont été mis en examen pour viols sur mineurs de moins de 15 ans par un juge d’instruction d’Epinal, avant d’être écroués. Ils encourent une peine de 30 ans de réclusion criminelle devant une Cour d’assises. Aucune poursuite n’a en revanche été engagée contre l’épouse du père de famille charentais, qui ignorait les agissements de son mari.

 

le 08/01/2013 à 18:43 Mis à jour il y a environ 40 minutes

 

http://www.ledauphine.com/france-monde/2013/01/08/ils-filmaient-les-viols-de-leurs-enfants

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 18:17

Un homme de 32 ans a été frappé d'un coup de couteau place Sainte-Anne, samedi soir. Un autre de plusieurs coups, à son domicile Bd Oscar-Leroux, dans la nuit de samedi à dimanche. Les deux victimes sont grièvement blessées.

  • Par Krystell Veillard
  • Publié le07/01/2013 | 11:12, mis à jour le 07/01/2013 | 11:40

 

 

Il était 22h15 samedi soir Place Sainte-Anne à Rennes, lorsqu'un inconnu a frappé d'un coup de couteau à l'abdomen un homme de 32 ans avant de disparaître. Le pronostic vital de la victime n'est désormais plus engagé. Une enquête est en cours pour retrouver l'auteur du coup.

La même nuit un peu plus tard, un autre homme a lui reçu plusieurs coups de couteau à son domicile Bd Oscar Leroux dans le Sud de Rennes. Hospitalisé il est toujours entre la vie et la mort. L'auteur présumé des faits a été interpellé et sera présenté au Parquet aujourd'hui.

 

http://bretagne.france3.fr/2013/01/07/rennes-deux-affaires-de-coups-de-couteau-ce-week-end-175773.html

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 13:57

C’est une affaire qui connaît depuis sa naissance en 2008 de nombreux rebondissements. Abdelkader Bouzebboudja, le policier municipal stagiaire, a de nouveau été licencié par la mairie de Monteux. La ville a déjà été condamnée à deux reprises suite à ces licenciements. Elle a dû à chaque fois réintégrer le fonctionnaire. Sa dernière réintégration est en date du 31 décembre 2012. Lundi 7 janvier 2013, M. Bouzebboudja a de nouveau été licencié. Selon le syndicat de la police municipale, "l’arrêté signifié par l’huissier de justice n’indique (…) aucun motif." Le syndicat compte désormais saisir une troisième fois la justice, déposer une réclamation de 100 000 euros et saisir le défenseur des droits pour discrimination.

le 08/01/2013 à 10:38 Mis à jour il y a environ 2 heures

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2013/01/08/monteux-le-policier-municipal-a-de-nouveau-ete-licencie

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 13:41

 

mardi 08 janvier 2013, mis à jour à 10h24

CAMBRONNE-LES-RIBECOURT (60) Corps retrouvé dans l'Oise: «quasi-certitude» qu'il s'agit de Bruno

Pour la procureure, c'est une "quasi-certitude" que le corps découvert ce mardi matin dans l'Oise est celui de Bruno (photo CINDY LECRIVAIN)

Pour la procureure, c'est une "quasi-certitude" que le corps découvert ce mardi matin dans l'Oise est celui de Bruno (photo CINDY LECRIVAIN)

Un corps a été repêché ce mardi matin dans l'Oise au niveau de Cambronne-lès-Ribécourt. La procureure indique qu'elle a la «quasi-certitude» qu'il s'agit de Bruno, le jeune trisomique disparu depuis le 18 décembre.

Selon nos premières informations, la dépouille a été retrouvée au niveau de l'écluse de Bellerive vers 9h30 par un éclusier.

Il pourrait s'agit de Cody

Difficile de ne pas faire le rapprochement avec la disparition de Bruno, jeune trisomique de 17 ans qui ne donne plus signe de vie depuis le 18 décembre 2012.

«Après les premières constatations, nous avons la quasi-certitude que ce soit le corps du jeune Bruno que nous avons retrouvé», indique la procureure de Compiègne Ulrika Delaunay-Weiss, faisant état par ailleurs de «l'absence de traces suspectes». Toujours selon la procureure, le corps présente les mêmes vêtements et la même corpulence que Bruno.

«Il pourrait s'agir de Cody», mais «la vérification de l'identité doit être faite de manière formelle avant de se prononcer sur l'identité», a indiqué la gendarmerie.

Autopsie dans la journée

Le corps devait être récupéré par les plongeurs et les officiers de police judiciaire, «pour prélever le maximum de traces utiles à l'enquête», selon la gendarmerie.

Un examen du corps et une autopsie devaient être effectués dans la journée.

http://www.courrier-picard.fr/Actualites/Info-regionale/Corps-retrouve-dans-l-Oise-quasi-certitude-qu-il-s-agit-de-Bruno

 

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 22:48

Publié le jeudi 03 janvier 2013 à 07H33

 

La femme retrouvée morte aurait succombé aux coups de son concubin

Dans le voisinage, personne n'ignorait les violences que Valérie Maksimcik subissait régulièrement. Hier soir, après 24 h de garde-à-vue, le meurtrier présumé niait être l'auteur des coups ayant provoqué son décès.

Dans le voisinage, personne n'ignorait les violences que Valérie Maksimcik subissait régulièrement. Hier soir, après 24 h de garde-à-vue, le meurtrier présumé niait être l'auteur des coups ayant provoqué son décès.

Photo Cyril Hiély

 

Elle s'appelait Valérie Maksimcik. Elle avait 43 ans et "le coeur sur la main"comme en témoigne une voisine.

Mardi soir, c'est son corps couvert de traces de coups que les services de secours ont découvert dans son appartement au 2e étage du 4 de la rue Marcel-Pagnol, dans le quartier du Portail-Lançon à Orange. Une vision d'horreur. Le visage de cette femme - de nationalité tchèque mais résidant en France depuis des années - aux cheveux clairs décrite comme gentille et prévenante était méconnaissable, entièrement tuméfié. Un oeil éclaté, le nez et probablement la mâchoire cassés. Tout son corps était couvert d'hématomes récents mais aussi d'autres plus anciens.

Pour que la vérité, toute la vérité, soit faite sur les circonstances qui ont conduit Valérie Maksimcik à la mort, de longues investigations seront encore à mener. L'exploitation des différents témoignages prendra du temps et les résultats de l'autopsie, qui doit apporter des réponses clé quant à la datation des coups et du décès, ne seront pas connus avant demain après-midi. Mais, quelle que soit la réserve des autorités, c'est bien d'"homicide volontaire" dont il est question sur les scellés qui condamnent, depuis mardi soir, l'appartement.

Un homme "brutal avec les gens faibles"

Avec comme principal suspect, son concubin, un dénommé Frédéric Principato placé immédiatement en garde à vue par la police. L'individu continuait hier soir de nier être à l'origine des blessures qui ont entraîné la mort, évoquant la responsabilité de personnes venues de l'extérieur. Mais cette version supporte mal la confrontation avec les faits et les témoignages rapportés par le voisinage qui esquissent un tout autre enchaînement ayant conduit à ce drame.

Cela faisait un mois et demi environ que Frédéric Principato, surnommé Carlos dans ce quartier où il est né et a grandi, était entré dans la vie de Valérie. Âgé de 35 ans, il serait le fils de son précédent compagnon dont elle s'était séparée il y a quelques mois. Dans le quartier, personne n'ignorait les violentes disputes qui secouaient ce "couple" pour autant qu'on puisse le qualifier ainsi.

Sorti de prison il y a un an - il a purgé plusieurs peines pour de nombreux délits - Carlos est décrit comme un homme "brutal avec les gens faibles" qui inspirait la peur dans le voisinage et avait la manie de s'ouvrir auprès de connaissances des coups qu'il infligeait à Valérie

De longues heures de souffrance

Pour la Saint Sylvestre, Carlos avait acheté pour 50 € d'alcool à crédit auprès de l'épicier d'en face. C'est cette nuit-là qu'une violence, aveugle, se serait abattue sur la pauvre femme. Des jeunes présents dans le salon de thé tout proche, disent avoir entendu pendant de longues heures, des cris émanant de l'appartement de Valérie. Le lendemain, elle ne s'est pas réveillée.

Vers 13 h, Carlos serait sorti "l'air déboussolé" et aurait confié à des connaissances qu'il avait "déconné"."Il a dit qu'il voulait appeler un médecin", se souvient un témoin. Avant d'y renoncer de peur d'être ennuyé. Ce n'est finalement que vers 19 h, après une journée aux côtés du corps inanimé et martyrisé de Valérie qu'il se décidera à appeler les pompiers, au moment où une amie se présentait pour "venir souhaiter une bonne année à Valérie".

Il est trop tard. La victime a franchi le point de non-retour de sa longue agonie et les efforts des secouristes ne permettront pas de la réanimer. Elle laisse deux filles dont une de 15 ans, en foyer d'accueil depuis un an. "Je l'avais déjà vue une fois couverte de bleus mais elle n'avait pas voulu porter plainte. Elle était formidable mais c'était quelqu'un de plutôt soumis, poursuit son amie, elle a pas eu de chance avec les hommes."

L'enquête a été confiée à la Police judiciaire. Une autopsie du corps doit être pratiquée ce matin. Le meurtrier présumé, toujours en garde à vue hier soir, sera déféré au Parquet aujourd'hui et vraisemblablement écroué. Il devrait être poursuivi pour homicide volontaire aggravé sur concubin.

 

dagonieRomain CANTENOT

http://www.laprovence.com/article/actualites/orange-recit-dune-nuit-de-violence-et-dune-journee-dagonie


Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 22:32

Lundi 07 janvier 2013

 

L'équipe de la société DAM, avec ses véhicules. Au premier-plan : le patron, Grégory Bourges.
L'équipe de la société DAM, avec ses véhicules. Au premier-plan : le patron, Grégory Bourges.
S'ils sont moins connus que les pompiers, leur rôle n'en est pas moins primordial en cas d'accident sur les axes rapides.
Dossier

Leurs gyrophares sont orange. Pas bleus. Ça n'est pas anodin: seuls les véhicules prioritaires sont équipés de gyros bleus. Pourtant, les dépanneurs ont toute leur place dans l'intervention des secours. Particulièrement sur une route à risques comme la voie express N165.

« On réchauffe un biberon... on appelle une assurance »

« Un bon dépanneur est quelqu'un de précieux », formule même le commandant Cadic, au commissariat. Un véhicule accidenté rapidement évacué, c'est un risque de suraccident en moins. Chez DAM, on a conscience de ne pas manipuler seulement de la tôle froissée. « Quand on est dépanneur, il faut être attentif, aimer les gens, confie Grégory Bourges, le patron de la société implantée à Keryado. Nous, on a choisi de s'équiper de véhicules 6 ou 7 places, qui permettent d'enlever un véhicule mais aussi d'emmener une famille. »

S'ils ne sont pas blessés, les occupants montent ainsi à côté du dépanneur. Qui les ramène souvent aux bureaux de l'entreprise, dans la zone du Pléneno. « On les met à l'aise. Parfois, on réchauffe un biberon, on appelle leur assurance. Si ça traîne, pour le rapatriement, on les amène jusqu'à un hôtel. La chance, c'est qu'on a ce qu'il faut dans le coin. »

On est loin de l'image du dépanneur avide, qui profiterait du malheur des automobilistes. D'ailleurs, les tarifs sont strictement encadrés sur la voie express (lire ci-contre). Et les robustes mécanos doivent faire preuve de beaucoup de tact dans certaines situations.

« Si le choc est très violent, qu'il y a des morts, on est amené à vider le véhicule pour les proches, témoigne Grégory. Je me souviens d'un cas où la famille s'en fichait des affaires dans la voiture mais voulait à tout prix retrouver le téléphone portable, pour pouvoir avertir les amis de la personne décédée. »

Formés pour les voitures hybrides

Comment réagissent ces professionnels aux drames qu'ils constatent? La plupart avouent s'être « endurcis », même si « le plus dur reste de gérer la famille, trouvelemots ». Tous restent électrisés par l'« adrénaline » en partant en urgence sur les routes: « On « aime » l'accident, ose Grégory, le patron. Il faut être passionné, pour faire ce métier. » Pas assez reconnu à son goût. Aucune formation n'y correspond exactement. À la base, les intervenants sont tous mécaniciens. Puis ils se perfectionnent sur certains aspects. Comme « les voitures hybrides : il y a un risque d'électrocution donc on apprend à « déverrouiller » la batterie ».

L'équipe de cinq dépanneurs et deux secrétaires est aux premières loges pour vivre l'évolution des comportements et technologies sur la route: « Depuis qu'ils ont élargi la voie express, on a moins d'accidents », observe Grégory. « Et il y a moins de blessés, les véhicules tiennent mieux la route », complète Paulo, l'un des mécanos.

Les camions des dépanneurs aussi ont évolué: treuils puissants, panier-flèche qui permet de soulever des véhicules, grues sur certains fourgons, rampes lumineuses modernes...

Laurent NEVEU.  Ouest-France  

http://www.lorient.maville.com/actu/actudet_-Dossier-br-br-Leurs-gyrophares-sont-orange.-Pas-bleus.-%C3%87a-n-est-..._fil-2272000_actu.Htm

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 22:08

Justicelundi 07 janvier 2013

 

 

Quatre policiers, poursuivis pour homicide involontaire après le décès d’un homme, fin 2009, lors d’une interpellation près de Montbéliard (Doubs), viennent de bénéficier d’un non-lieu, mais la famille de la victime a fait appel, a-t-on appris lundi auprès des avocats des parties.

« Les juges d’instruction ont considéré que les infractions de violences volontaires n’étaient pas matériellement constituées et que l’interpellation était justifiée », a indiqué à l’AFP l’avocat des policiers, Me Randall Schwerdorffer, qui s’est dit « satisfait de cette décision ».

La procureur de Montbéliard, Thérèse Brunisso, a confirmé à l’AFP que les deux juges d’instruction en charge du dossier avaient rendu un non-lieu le 21 décembre dernier, conformément à ses réquisitions.

« La famille a fait appel de cette décision et le dossier va maintenant être examiné par la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Besançon, qui décidera de confirmer ou d’infirmer ce non-lieu », a-t-elle précisé.

Pour l’avocat de la famille, Me Alain Dreyfus-Schmidt, « chaque fois qu’il y a des violences commises par des policiers, l’affaire est enterrée. On couvre les bavures policières », selon lui.

Les policiers, deux hommes et deux femmes, avaient été mis en examen en mars 2012. Ils étaient soupçonnés d’avoir provoqué la mort de Mohamed Boukrourou, 41 ans, le 12 novembre 2009 à Valentigney (Doubs).

M. Boukrourou avait été conduit dans un fourgon par des policiers appelés par un pharmacien inquiet de « l’état d’énervement extrême » de son client, qui protestait contre la qualité des médicaments vendus.

Trois policiers l’auraient maîtrisé en s’asseyant et en se tenant debout sur ses jambes, son bassin et son torse. L’homme avait succombé à un arrêt cardio-respiratoire.

La Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS) a estimé dans un rapport de décembre 2011 que la police avait fait un « usage disproportionné de la force » lors de l’interpellation.

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Deces-d-un-homme-lors-d-une-interpellation.-Non-lieu-pour-les-quatre-policiers_6346-2150500-fils-tous_filDMA.Htm


Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 21:37

Justice

lundi 07 janvier 2013

Un automobiliste ivre a voulu échapper aux gendarmes qui voulaient le contrôler, dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 janvier 2013, entre Plougoumelen et Theix (Morbihan). Il a roulé jusqu’à 200 km/h et a même foncé sur un des militaires. Il vient d’être condamné à 30 mois de prison ferme.

 

Le Morbihannais de 28 ans venait d’être condamné à deux ans de prison ferme, en décembre, pour des vols. Il n’était pas encore incarcéré. « Je n’étais pas dans mon état normal » a-t-il confié devant les magistrats. Qui ont souligné qu’on était passé tout près d’un drame : le gendarme était en droit de faire usage de son arme. Mais il a préféré s’abstenir et se jeter en arrière pour esquiver la voiture qui fonçait sur lui.

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Morbihan.-Il-roule-jusqu-a-200-km-h-pour-semer-les-gendarmes_6346-2150598-fils-tous_filDMA.Htm






Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 21:22

Justicelundi 07 janvier 2013

 

 

Gérard Depardieu est convoqué mardi au tribunal correctionnel de Paris après un accident de scooter survenu le 29 novembre.

Convoqué mardi au palais de justice de Paris pour conduite en état d’ivresse, Gérard Depardieu n’est pas sûr d’assister à l’audience, selon son avocat.

 

Quelques jours avant sa décision de quitter la France pour des raisons fiscales, Gérard Depardieu avait fait parler de lui à la rubrique faits divers, fin novembre.

 

1,8 g d’alcool

 

Victime d’un accident de scooter sans gravité (ni blessure, ni victime), dans le XVIIe arrondissement de Paris, l’acteur présentait un taux de 1,8 g d’alcool par litre de sang (contre 0,5 g autorisé) et avait été placé en garde à vue.

 

Convoqué au tribunal le 13 décembre, Gérard Depardieu avait demandé un report de sa comparution. Il est convoqué ce mardi, à 9 h 30, au palais de justice de Paris, mais a demandé un second report, qu’a refusé le parquet.

 

Actuellement en voyage, l’acteur n’est pas certain de se rendre au tribunal mardi, selon son avocat Eric de Caumont, spécialisé dans la défense des conducteurs.

 

Procédure simplifiée, présence obligatoire

 

Rappelons que Gérard Depardieu doit comparaître dans le cadre d’une procédure dite de « plaider-coupable », formule simplifiée et alternative au procès, qui permet au procureur de proposer une peine à un prévenu qui reconnaît les faits qui lui sont reprochés… à condition que le prévenu soit physiquement présent.

 

La conduite en état d’alcoolémie est passible de 4 500 € d’amende, d’une peine pouvant aller jusqu’à deux ans d’emprisonnement et d’un retrait de six points sur le permis de conduire.

 

« Soit Gérard Depardieu se présente mardi et la comparution a lieu, soit il ne se présente pas et il y aura un renvoi devant le tribunal correctionnel », souligne le parquet.

 

« J’ai un passeport russe, mais je suis Français »

 

Depuis Zürich (Suisse), où il assiste ce lundi soir à la cérémonie de remise du Ballon d’Or, Gérard Depardieu est revenu sur les derniers épisodes de son exil.

 

« J’ai un passeport russe, mais je suis Français et j’aurai certainement la double nationalité belge, a confié Gérard Depardieu àL’Equipe 21Si j’avais voulu échapper au fisc, je l’aurais fait depuis longtemps. »

 

Citant les nombreuses personnalités qui vivent hors de France, l’acteur s’est dit « citoyen du monde. J’ai voyagé dans des pays où j’ai vu de véritables injustices. Ce n’était vraiment pas beau. Mais je ne peux rien faire. C’est aux hommes politiques de faire des choses. Je suis parfois maladroit dans mes propos, mais je ne suis qu’un être humain. Je peux aussi me tromper, mais jamais sur le cœur. »

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Conduite-en-etat-d-ivresse.-Depardieu-se-rendra-t-il-au-tribunal-_6346-2150599-fils-tous_filDMA.Htm



Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article

Présentation

  • : Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou tristesse perpétuelle
  • Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou  tristesse perpétuelle
  • : Ma vie, de ma naissance à ce jour, qui n'avait pas si mal débutée, puis arrêtée totalement moralement suite à une bavure de la Police des Polices, Pas de vie, ni femme ni enfant.
  • Contact

Profil

  • Neo_igs_police
  • Ce jour arrivant à  la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....
  • Ce jour arrivant à la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....

SOMMAIRE ARTICLES

English
español

 



ACCUEIL
ARTICLES
PAGES
BIOGRAPHIE
Ma vie détruite par la Police des Polices
Photos de La
Police Nationale
Les Engins de
La Brigade des
Sapeurs Pompiers de Paris
VIDEOS
FORUM POLICE
La carte mondiale des visiteurs


      603464 10151023880149556 1213656542 n

clickez sur cette image pour accéder au forum  


 

 

 m-copie-1.gif      

 

 

ALLEZ VERS LE HAUT

Double click sur la page


Rechercher

Compteur

Cela fait minutes et secondes que vous êtes sur ce Blog


counter

Compteur Global

Site Faire Un Blog

Archives

Texte Libre