Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:33

28/12/2012 à 17h29

Zineb Dryef | Journaliste Rue89

Des bouteilles dans un bar(mKB./Flickr/cc)

Un garçon bien sous tout rapport. Une fille en mini-jupe. Forcément en mini-jupe. Si ce n’est pas une mini-jupe, ce sera un pantalon moulant, un décolleté plongeant, une robe au minimum sexy. La fille (encore elle) chauffe le garçon – œillades, caresses, baisers. Elle envoie tous les signes promettant une folle nuit de sexe.

Ils boivent comme des trous. Ils prennent éventuellement un peu de drogue. La fille ne tient plus du tout debout. Le garçon non plus. Il ne s’embarrasse pas de scrupules : il saute sa camarade de fête. Pourquoi saute-t-il sa camarade de fête alors qu’elle est groggy ?

  • Parce qu’elle avait envoyé tous les signaux d’un consentement ;
  • parce que lui-même était un peu à l’ouest ;
  • parce que ça se passe toujours comme ça : avant le sexe, il faut pas mal d’alcool.

Violer ou faire la fête, pourquoi choisir ?

Le jeune homme qui nous explique ceci est l’auteur d’un témoignage qui fait grand bruit dans la blogosphère anglo-saxonne. Son titre « I’d Rather Risk Rape Than Quit Partying » pourrait être traduit par « Je préfère courir le risque de commettre un viol plutôt que d’arrêter de faire la fête » ou « Je préfère courir le risque de me faire accuser de viol plutôt que d’arrêter de faire la fête ».

Publié sur le site américain Good Men Project – une branche de la fondation du même nom qui promeut une masculinité éclairée et tente, via des livres et des conférences, de répondre à la question « qu’est-ce qu’un homme bon ? » – ce témoignage raconte les aventures d’une sorte de crétin pas franchement méchant, mais pas franchement subtil.

Souvent bourré aux fêtes, il ne sait plus trop s’il doit demander ou non leur accord aux filles (elles aussi bourrées) avec qui il envisage d’avoir des relations sexuelles. Un jour, l’une d’entre elles lui a annoncé qu’il l’avait violée pendant une fête. Choc.

Assez lucide sur lui-même puisqu’il comprend que coucher avec une fille sans son consentement constitue ce que l’on qualifie couramment de viol, l’auteur (anonyme) fait preuve d’une indulgence envers lui-même assez sidérante. Ainsi, en guise de conclusion de sa triste histoire, il écrit :

« Certains doivent trouver monstrueux que je continue à boire, que je continue à faire la fête [...] mais les gens qui ont eu des accidents de voiture arrêtent-ils de conduire ? »

Son analogie est idiote. Celle du type qui cogne quand il a bu mais qui refuse d’arrêter de boire semble plus appropriée.

Je l’ai violée sans le faire exprès !

On a envie de comprendre les raisons pour lesquelles l’équipe de « Good Men Project » a jugé utile de publier un tel texte sans aucune mise en perspective ni lecture critique.

Et c’est là qu’on tombe sur une autre publication sur le viol. Le 30 novembre, quelques jours avant le fêtard, une blogueuse, Alyssa Royse, racontait l’histoire de l’un de ses copains. Le contexte est à peu près le même que celui de la première histoire : fête, alcool, fille sexy et entreprenante. Pendant son sommeil, le copain la pénètre. Réveil : elle est choquée, se sent violée. Elle est violée.

Là encore, le garçon, dans un registre victimiste, explique qu’il ne savait pas, qu’il ne pouvait pas savoir. Il sombre dans la déprime.

L’auteure de « Les gentils garçons violent aussi », tout en insistant sur le fait qu’il s’agit bien d’un viol, n’a de cesse de nous rappeler que la fille « caressait les cheveux » de son ami et que finalement, ce n’est peut-être la faute de son pauvre ami mais celle de la société toute entière.

La pub et les magazines féminins, en encourageant les filles à se balader à moitié à poil pour conquérir les hommes, brouillent les signaux. Ces pauvres mecs sont devenus violeurs à l’insu de leur plein gré.

« “Non, c’est non” ne suffit pas »

Après le tollé suscité par ces deux témoignages, la rédactrice en chef de « Good Men Project » a justifié leur publication en insistant sur le fait que « le monde réel est un endroit où “non, c’est non” ne suffit pas » et que le point de vue des violeurs, qui ne se reconnaissent pas comme tels avant qu’une fille le leur fasse observer, devait être entendu.

Las. Plusieurs rédacteurs et collaborateurs du site ont démissionné. Ozy Frantz parce qu’il ne comprend toujours pas ce que fait le texte « terriblement immature » d’Alyssa Rose sur leur site, et encore moins celui du type qui ne peut pas s’empêcher de faire n’importe quoi bourré mais qui veut quand même prendre le risque parce que la fête, c’est trop rigolo.

Hugo Schwyzer démissionne lui parce qu’il ne pouvait plus supporter les insultes lancées aux féministes qui protestaient contre ces deux témoignages.

Qu’aurions-nous fait à Rue89 d’un tel témoignage ? J’ose espérer que nous aurions pris en compte la parole des violeurs mais que nous l’aurions confrontée à celle des victimes et à celle des chercheurs. Que nous aurions fait comme pour les pédopornographes : que nous aurions pris le temps de les écouter et d’essayer de les comprendre, sans pour autant les victimiser.

 

http://www.rue89.com/rue69/2012/12/28/ces-pauvres-garcons-qui-violent-linsu-de-leur-plein-gre-238161?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obinlocal

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 15:18

Créé le 07-01-2013 à 12h58 - Mis à jour à 13h23

Le jeune militaire de 24 ans, qui roulait à 140 km/h au lieu de 90 au moment du choc, avait installé une caméra dans l'habitacle de sa voiture

L'homme avait, peu avant l'accident, atteint la vitesse de 200 km/h. (SUPERSTOCK45284773_000001)

L'homme avait, peu avant l'accident, atteint la vitesse de 200 km/h. (SUPERSTOCK45284773_000001)

Trois personnes ont trouvé la mort dans un accident de la route survenu vendredi soir à Sainte-Pazanne (Loire-Atlantique) entre deux voitures dont l'une était conduite par un jeune militaire de 24 ans qui filmait ses excès de vitesse, a-t-on appris lundi 7 janvier auprès de la gendarmerie. Le militaire a été tué dans l'accident.

A bord de l'autre véhicule, un homme de 75 ans rentrait chez lui après une réunion de famille avec sa femme de 72 ans et sa belle-mère de 91 ans, qui ont toutes les deux été tuées sur le coup.

Le septuagénaire a été gravement blessé et hospitalisé dans un état sérieux et le jeune de 24 ans, militaire au Régiment d'Infanterie Chars de Marine (RICM) de Poitiers, qui était seul dans son véhicule, est décédé samedi soir de ses blessures.

C'est lors de l'enquête sur l'accident que les gendarmes ont découvert à bord du véhicule du jeune homme un dispositif de caméra installé à l'intérieur de l'habitacle pour filmer son compteur de vitesse, a-t-on précisé à la gendarmerie des Pays-de-la-Loire.

Selon les premiers éléments issus du visionnage du contenu de la caméra, il avait, peu avant l'accident, atteint la vitesse de 200 km/h et lors du choc avec l'autre véhicule, sa voiture roulait à près de 140 km/h au lieu de 90 km/h, a-t-on également indiqué.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/faits-divers/20130107.OBS4631/il-filme-son-exces-de-vitesse-meurt-et-tue-deux-femmes.html

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 08:32

Créé le 07-01-2013 à 14h31 - Mis à jour à 14h41

"Tous les feux sont au rouge", estime la ministre chargée des Personnes âgées après le renvoi d'une femme d'une maison de retraite, en raison d'impayés

La maison de retraite explique avoir cherché à contacter, à plusieurs reprises, les proches de la vieille dame, sans succès. Avant de décider de la reconduire à son domicile, à Brou. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

La maison de retraite explique avoir cherché à contacter, à plusieurs reprises, les proches de la vieille dame, sans succès. Avant de décider de la reconduire à son domicile, à Brou. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

En raison d'impayés, la pensionnaire d'une maison de retraite âgée de 94 ans de Chaville, dans les Hauts-de-Seine, a été expulsée, vendredi 4 janvier, se retrouvant à l'hôpital de Châteaudun, dans l'Eure-et-Loir.

Un dossier largement médiatisé ce lundi 7 janvier, et dont la ministre chargée des Personnes âgées, Michèle Delaunay, s'est emparée. Selon elle, l'établissement a agi "en violation du droit et de la dignité humaine".

"Une personne vulnérable a été expulsée sur décision du directeur à la veille d'un week-end, en période hivernale", souligne-t-elle, rappelant que la chambre d'un résident "est son domicile, sur le plan légal". "Tous les feux sont au rouge", estime la ministre.

Une enquête diligentée

La préfecture des Hauts-de-Seine a saisi lundi matin l'Agence régionale de santé (ARS) pour enquêter sur l'expulsion de la nonagénaire. "L'ARS se rend sur place en tout début d'après-midi (lundi, NDLR) et doit me rendre compte de la situation précise, même si les données sont déjà très étayées", a précisé Michèle Delaunay.

De son côté, la direction de la maison de retraite – à qui la pensionnaire serait redevable de plus de 40.000 euros – a dit lundi "regretter" une "décision maladroite". "On a voulu raccompagner cette dame dans sa famille. Trouvant porte close, on aurait dû la ramener chez nous et ne pas la laisser dans un hôpital. C'est une décision maladroite que je regrette", a affirmé Richard Claverie, coprésident des maisons de retraite Villa Beausoleil.

"Il ne s'agit pas d'une expulsion. Nous avons raccompagné la vieille dame chez l'un de ses fils (qui s'occupe administrativement de son dossier, ndlr) pour qu'il réagisse. Trouvant porte close, nous avons été pris de court", a expliqué Richard Claverie, assurant que la famille était au courant.

La famille préalablement alertée, selon la résidence

La maison de retraite, après avoir contacté à plusieurs reprises l'un des fils qui s'occupe administrativement du dossier de la vieille dame, avait décidé de l'emmener à son domicile à Brou, dans l'Eure-et-Loir.

Un premier préavis lui a été envoyé en recommandé fin novembre 2012, suivi d'un second courrier début janvier expliquant qu'il devait réagir avant le 6 janvier, selon la direction.

Ces deux courriers sont restés sans réponse d'après la direction qui assure avoir tenté de contacter l'homme par téléphone sans succès. La direction de l'établissement a également engagé une action devant le juge des référés de Nanterre qui a ordonné le paiement des arriérés.

L'un des fils s'oppose au retour de la vieille dame

Lundi, une ambulance a été envoyée à l'hôpital de Châteaudun, où la vieille dame est prise en charge, afin de la ramener à Chaville. Cependant, l'un de ses fils s'oppose à son retour à la maison de retraite, explique Richard Claverie. "Notre ambulancier a la consigne d'attendre mais de ne rien faire", précise-t-il.

Le tarif de base dans cette structure s'élève à 124 euros par jour, selon la direction.

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20130107.OBS4642/nonagenaire-expulsee-la-dignite-humaine-bafouee-selon-delaunay.html?xtor=RSS-17

 

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 08:27

Un Avignonnais de 18 ans a été arrêté hier pour le braquage d’un bureau de tabac au sud d’Avignon. Ce dernier, en sortant du commerce, a croisé la route d’un rugbyman témoin de l’attaque. L’homme l’a plaqué après une course-poursuite de près de 100 mètres. Il l’a maintenu jusqu’à l’arrivée des policiers

le 06/01/2013 à 06:04 

 

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2013/01/05/avignon-un-braqueur-presume-plaque-par-un-rugbyman

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 08:21

Dimanche soir vers 22 heures, un jeune pompier volontaire de 23 ans de la caserne de L'Isle-sur-la-Sorgue s'est tué dans un accident de la route à Fontaine-de-Vaucluse. Pour une raison encore indéterminée, il a perdu le contrôle de son véhicule au niveau de l'aqueduc. Une enquête de la gendarmerie est en cours.

 

le 07/01/2013 à 08:07 Mis à jour il y a environ 5 minutes 

 

http://www.ledauphine.com/vaucluse/2013/01/07/fontaine-de-vaucluse-un-pompier-de-23-ans-se-tue-dans-un-accident-de-la-route

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 07:04

Publié le lundi 07 janvier 2013 à 07h14

Manifestement sans rapport avec l'agression de Cannes, trois livreurs de pizzas ont été victimes d'un véritable guet-apens samedi soir à Cagnes-sur-Mer et à Nice. Avec, dans ces trois cas, un mode opératoire étrangement similaire.

Il était environ 21 h 30 lorsque la première de ces trois attaques s'est produite. Le livreur s'est laissé surprendre par deux hommes circulant sur un scooter, l'un d'entre eux étant armé d'un fusil à canon scié. Contraint de leur abandonner son fonds de caisse, il n'a toutefois subi aucune autre forme de violence.

Deux exactions analogues ont suivi à Nice, l'une vers 21 h 50 dans le quartier de Fabron, l'autre à 22 h 30 tout près de là, du côté de Sainte-Marguerite. À chaque fois, le même scénario : les deux individus interceptaient le jeune homme sur la route, ou guettaient le moment propice à l'occasion d'une livraison.

Les trois livreurs, appartenant à trois sociétés distinctes, se sont vu délester respectivement d'une somme voisine de 50, 150 et 200e. Aucun d'entre eux n'a été blessé, mais on ne peut qu'être surpris de constater que d'aussi maigres butins puissent motiver des individus à perpétrer des vols à main armée. Des plaintes ont été déposées, la police poursuit ses investigations.

Une autre affaire à Cannes et une arrestation

Une autre agression de livreur de pizza s'est produite la veille, vendredi soir, à Cannes, dans le quartier de La Frayère pourtant actuellement sécurisé par les forces de l'ordre. Il est 21 h 30 lorsque l'employé livre sa commande.

En redescendant de l'immeuble, il est pris à partie par une dizaine de jeunes cagoulés qui veulent lui voler ses sacoches. Notamment son argent. Refusant de céder, le livreur prend la fuite afin de se réfugier chez son client. En vain.

Il est rattrapé devant la porte et reçoit de nombreux coups de poings et de pieds qui le contraignent à céder. Lorsque le client ouvre la porte, il est trop tard. Seul reste le livreur, particulièrement choqué. Le montant du préjudice reste inconnu.

Grâce aux patrouilles de police alors en cours, un des agresseurs présumé a pu être interpellé dans la foulée et conduit au commissariat central. Fraîchement majeur, il a été déféré au parquet de Grasse hier après deux nuits de garde à vue, pour vol et violences en réunion et dégradations.

Quelques éléments, dont une casquette et des fusées de détresse - l'une ayant percuté le livreur - ont été retrouvés sur place et sont en cours d'analyse. Menées par la sûreté urbaine du commissariat de Cannes, les investigations devraient permettre de retrouver les complices.

 

http://www.nicematin.com/derniere-minute/quatre-agressions-de-livreurs-de-pizzas-a-nice-cagnes-et-cannes.1105055.html

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 16:06

PUBLIÉ LE 04/01/2013

Par Nord Eclair

| LILLE |À l'audience d'hier, au tribunal correctionnel de Lille, un policier qui demandait à un jeune homme de l'assistance de se taire a été immédiatement agressé par l'individu et un de ses amis. Les deux gaillards ont été placés en garde à vue

 


http://www.nordeclair.fr/info-locale/lille-deux-individus-frappent-des-policiers-en-pleine-audience-jna60b0n123924

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 14:53

  • Marie du Mesnil-Adelée
  • Publié le 06/01/2013 | 11:42, mis à jour le 06/01/2013 | 11:48

Ce vendredi 4 janvier 2013, sur une aire de l’autoroute A13, dans l’Eure, un homme a été grièvement brûlé dans une explosion provoquée par le Taser d’un gendarme. Le suspect avait utilisé du gaz lacrymogène.

L'automobiliste a d'abord refusé de se soumettre à un contrôle des Douanes. Pris en chasse, il est contraint de s'arrêter sur une aire de repos à proximité de Gaillon (27). Là, l'interpellation tourne mal. Le suspect devient violent, il attrape la bombe lacrymogène d'un douanier et la vide au visage des agents. Un gendarme venu en renfort dégaine alors son pistolet à impulsion électrique et tire. La décharge de 50.000 volts, mélangée au gaz lacrymogène provoque une explosion. Le suspect est brûlé au second degré.

Hospitalisé au CHU de Rouen, ses jours ne sont pas en danger mais il n'a pas encore pu être entendu par les forces de l'ordre. Originaire des Yvelines, cet homme serait connu des services de police.

Une enquête a été ouverte par le parquet d'Evreux pour déterminer les circonstances de cette interpellation. Il refuse pour l'heure de communiquerLa décharge de 50.000 volts, mélangée au gaz lacrymogène provoque une explosion. Le suspect est brûlé au second degré.

http://haute-normandie.france3.fr/2013/01/06/une-interpellation-tourne-mal-sur-l-a13-le-taser-d-un-gendarme-provoque-une-explosion-175337.html

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 12:24

Créé le 04-01-2013 à 19h15 - Mis à jour à 22h51

Nicole a fait parler d'elle et de son réveillon prisonnière d'un magasin de Roubaix. Elle revient sur sa mésaventure en détails.

Une dame fait ses courses dans un supermarché, le 8 décembre 2010. (PHOTOPQR/LE TELEGRAMME)

Une dame fait ses courses dans un supermarché, le 8 décembre 2010. (PHOTOPQR/LE TELEGRAMME)

 

Tout le monde se souvient de l'histoire de Nicole, la septuagénaire qui a passé son réveillon du 31 enfermée dans un supermarché de Roubaix...

Après maintes tentatives pour s'échapper de son enfer consumériste, la dame comprend que la nuit de la Saint Sylvestre va être longue. Elle raconte son calvaire dans plusieurs médias. Nicole n'a rien mangé de la journée, elle est affamée. Mais la dame est honnête et n'ose pas se servir sur les différents étalages. Elle n'y a "même pas pensé", assure-t-elle.

Qui dort dîne comme le dit l'adage, alors tente de s'assoupir. Mais faute de rayon literie, elle jette son dévolu sur un sapin qui traîne par là. Esprit de fête oblige. "Il y avait un sapin de Noël, je me suis couchée dessus. Mais je n'ai pas dormi longtemps, ça piquait !", précise-t-elle. "Je n'ai pas vraiment eu peur", assure-t-elle.

L'histoire prend fin à 10h30 le lendemain. "Quand le directeur est arrivé, il a levé la grille et il a eu peur". Finalement, les pompiers sont appelés et Nicole se porte bien. 2013 a juste commencé de manière plus originale que pour le commun des mortels.

 

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-histoire-du-soir/20130104.OBS4523/enfermee-dans-un-supermarche-elle-tente-de-dormir-sur-le-sapin.html

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 12:01

Créé le 03-01-2013 à 18h39 - Mis à jour à 22h04

 

Un sans-abri est mort au lendemain de Noël alors qu'il ignorait qu'il était l'héritier d'Huguette Clark, dont la fortune estimée s'élevait à 300 millions de dollars.

 

Créé le 03-01-2013 à 18h39 - Mis à jour à 22h04

Un sans-abri est mort au lendemain de Noël alors qu'il ignorait qu'il était l'héritier d'Huguette Clark, dont la fortune estimée s'élevait à 300 millions de dollars.

La dernière photo d'Huguette Clark à Reno (Nevada), le 11 août 1930. Son petit neveu vient de mourir de froid sans savoir qu'il était l'héritier de 19 millions de dollars (AP/SIPA).
La dernière photo d'Huguette Clark à Reno (Nevada), le 11 août 1930. Son petit neveu vient de mourir de froid sans savoir qu'il était l'héritier de 19 millions de dollars (AP/SIPA).

Il est décédé à l’âge de 60 ans sans savoir qu’une grande fortune l’attendait. Timothy Grey a disparu dans le froid et l’ignorance dans une petite ville du Wyoming, selon NBC News. Ce sont des enfants qui jouaient près d’une voie ferrée qui ont retrouvé son corps au lendemain de Noël.

Il devait toucher 19 millions de dollars. Les avocats, en pleine bataille juridique, ont tenté de retrouver les 19 héritiers d’une fortune estimée à 300 millions de dollars. Tous avaient été jusqu’ici retrouvés, à l’exception de Timothy Grey. Sa famille ne l’avait pas vu depuis près de 20 ans.

Une des femmes les plus riches et les plus secrètes au monde

Timothy Grey était le petit-neveu d’Huguette Clark, l’une des plus riches et plus secrètes femmes au monde. Elle vivait recluse depuis les années 1930 avec les millions de son père, figure historique du Nouveau monde, sénateur et industriel.

Huguette Clark est morte le 4 mai 2011 à l’âge de 104 ans, dans un hôpital de New York où elle avait passé les vingt dernières années. Elle laissait inoccupés les vastes propriétés qu’elle possédait à travers tout le pays : trois appartements sur la Cinquième avenue, une demeure en Californie, un manoir dans le Connecticut. Elle possédait également une vaste collection d’œuvres d’art, de bijoux et de poupées dont elle s’occupait comme s’il s’était agi de ses propres enfants.

Pour ce qui est de l’avenir des 18 autres héritiers, rien n’est encore joué. En effet, un second testament, établi en 2005, ne mentionne aucun membre de la famille et répartit sa succession entre sa bonne, ses médecins, son comptable, etc. La guerre juridique ne fait que commencer.

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-histoire-du-soir/20130103.OBS4415/un-sdf-meurt-sans-savoir-qu-il-etait-millionnaire.html?utm_source=outbrain&utm_medium=widget&utm_campaign=obclick&obref=obinsource

 

Repost 0
Published by Neo_igs_police - dans Actualités Faits divers
commenter cet article

Présentation

  • : Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou tristesse perpétuelle
  • Néo IGS Police -Ma vie détruite par la POLICE des Polices ( IGS )ou  tristesse perpétuelle
  • : Ma vie, de ma naissance à ce jour, qui n'avait pas si mal débutée, puis arrêtée totalement moralement suite à une bavure de la Police des Polices, Pas de vie, ni femme ni enfant.
  • Contact

Profil

  • Neo_igs_police
  • Ce jour arrivant à  la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....
  • Ce jour arrivant à la soixantaine, j'avais un idéal de vie, débutant comme secouriste, puis Pompier de Paris, Policier à 20ans, poursuivant mes études pour ma carrière, puis....

SOMMAIRE ARTICLES

English
español

 



ACCUEIL
ARTICLES
PAGES
BIOGRAPHIE
Ma vie détruite par la Police des Polices
Photos de La
Police Nationale
Les Engins de
La Brigade des
Sapeurs Pompiers de Paris
VIDEOS
FORUM POLICE
La carte mondiale des visiteurs


      603464 10151023880149556 1213656542 n

clickez sur cette image pour accéder au forum  


 

 

 m-copie-1.gif      

 

 

ALLEZ VERS LE HAUT

Double click sur la page


Rechercher

Compteur

Cela fait minutes et secondes que vous êtes sur ce Blog


counter

Compteur Global

Site Faire Un Blog

Archives

Texte Libre